"Vernacular names and descriptions of insects in renaissance natural history"
modifié le: 2011-09-28
 

 

Une optique tirée de l’ethnobiologie permet de mieux comprendre les démarches dans l’étude des insectes au 16e siècle. Dans des textes du Moyen Âge tardif la catégorie d’insecte n’apparaît pas comme une « forme de vie » ethnobiologique ; aussi les insectes sont-ils « distribués » entre les formes de vie de « beste », « ver », voire même, dans quelques exemples, « oiseau ». Par contre, ces mêmes textes décrivent un grand nombre d’ « espèces » ethnobiologiques qui seront plus tard classées parmi les insectes.

 

L’apport des naturalistes humanistes de la Renaissance à la classification ethnobiologique est double. D’un côté, l’engagement avec les textes antiques de l’histoire naturelle contribua à faire du concept « insecte » une nouvelle forme de vie dans le langage commun. De l’autre, l’acharnement des naturalistes, des artistes et des collectionneurs de acquérir, d’illustrer, d’échanger et de décrire de nouvelles espèces d’insectes mena à la croissance énorme du nombre d’espèces connues. A leur tour, l’expansion et systématisation des connaissances ethnobiologiques créèrent les conditions pour l’émergence de l’entomologie scientifique. Toutefois, l’histoire des insectes à la Renaissance montre les limites du principe ethnobiologique qui prétend que la lexicalisation de nouvelles formes de vie résulte d’un engagement moins direct avec la nature.

 

 
contact - mentions légales  
 
MESHS — 2, rue des Canonniers, 59000 Lille
tel. : +33/ (0)3 20 12 58 30 — fax : +33/ (0)3 20 12 58 31 — mail : mail
 meshs.frMaison européenne des sciences de l'homme et de la société, USR 3185  
 
itemagenda
flèche avantflèche suivant
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
itemliens
@ contact
liens de recherche
Université Lille 3MESHS
Deutsche Forschungsgemainschaft
ANR
eurolab.meshs.fr